Achat d'une résidence secondaire en Espagne : 5 points d'intérêt

Vous envisagez d'investir dans l'immobilier espagnol ? Cet article donne un aperçu des principales points d'intérêt pour l'achat d'une résidence secondaire en Espagne.

1. La mission du notaire est fondamentalement différente

Le rôle du notaire en Espagne n'est pas comparable à celui du notaire belge. Les fonction de contrôle du notaire espagnol se limite en effet à une demande d'information auprès du bureau d'enregistrement et au respect de la législation contre le blanchiment d'argent.

Par conséquent, le notaire n'est pas responsable de la rédaction ou de la révision du contrat d'achat/compromis, de la vérification de la situation en matière d'urbanisme, comme les permis, et des éventuelles dettes en suspens sur le bien immobilier. Le notaire espagnol ne vérifie pas non plus la possibilité de louer votre futur logement. Pour cela, vous avez besoin d'un partenaire juridique indépendant.

En savoir plus sur le notaire en Espagne.

2. Les coûts d'acquisition varient selon les régions

Les frais d'acquisition varient d'une région à l'autre. Les droits d'enregistrement pour une revente varient entre 8% et 11%. La Catalogne et la Costa Blanca sont plus chères que la Murcie ou l'Andalousie, par exemple. Pour les nouvelles constructions, le taux de TVA en Espagne continentale est de 10%. Mais ici, le droit de timbre supplémentaire dépend à nouveau de la région et s'élève à environ 1,50%. Vous trouverez ci-dessous une vue d'ensemble par région.

À ces taxes s'ajoutent des frais supplémentaires. Citons, par exemple, les frais de notaire et d'enregistrement.

Vous souhaitez obtenir une indication du coût d'achat ? Envoyez un e-mail à info@confianz.be en indiquant votre budget et votre région.

3. Vous achetez un nouveau bâtiment sur plan : la garantie bancaire est cruciale

Si votre future résidence secondaire en Espagne n'est pas encore construite, il est préférable de disposer d'une garantie bancaire. Celle-ci protégera vos paiements initiaux au promoteur. Une garantie bancaire est exigée par la loi, mais dans la pratique, nous constatons que les promoteurs n'en souscrivent souvent pas.

Vous trouverez ici plus d'explications sur la garantie bancaire en Espagne.

4. Qu'en est-il des taxes sur votre deuxième séjour ?

Nous faisons ici la distinction entre les impôts en Espagne et les impôts en Belgique.

En Espagne il existe deux régimes pour les non-résidents. Si vous louez, vous payez 19% sur vos revenus locatifs, avec une déduction limitée des dépenses. La déclaration est trimestrielle. Si vous ne louez pas, vous payez 19% sur le revenu cadastral. Vous calculez le revenu cadastral en déduisant 1,10% du revenu cadastral. valor catastral. La déclaration se fait par an, avant le 31 décembre de chaque année. En plus de l'impôt des non-résidents, il y a l'impôt sur le revenu des personnes physiques. IBI. On peut comparer cela à l'impôt foncier.

En Belgique vous êtes en principe exonéré d'impôts sur vos revenus locatifs provenant de biens espagnols. Mais il y a un effet de cumul. Cela signifie que les revenus locatifs sont pris en compte dans le calcul du taux progressif de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. Vous devez donc déclarer vos revenus locatifs.

Vous trouverez des explications plus détaillées ici :

5. Quel est l'impact pour mes héritiers ?

Si vous n'avez pas l'intention de vivre en Espagne, le droit successoral belge continuera à s'appliquer à l'ensemble de votre patrimoine. Il en va de même pour les biens espagnols. Il est toutefois conseillé de rédiger un testament espagnol. Ce n'est pas obligatoire, mais cela simplifiera le règlement de votre succession. Il évitera à vos héritiers et à votre partenaire de nombreux tracas administratifs.

Il y a également un impact sur les droits de succession. Les droits de succession flamands s'appliquent à l'ensemble de votre patrimoine, y compris à votre propriété en Espagne. Vous payez également des droits de succession en Espagne, mais les conditions et les taux varient d'une région à l'autre.

Vous envisagez de planifier votre succession ? L'achat d'une résidence secondaire en Espagne pourrait permettre de réduire les droits de succession pour votre partenaire et vos héritiers.

Partager cet article ?

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Avis juridique: Les articles de blog sont protégés par le droit d'auteur et ne peuvent être reproduits sans l'autorisation écrite de l'auteur.

Français